dimanche 22 avril 2018

Que faisons-nous cette 49e journée internationale de la Terre?

Dr Jane Goodall en 2015 (Wikipedia)

La journée internationale de la Terre tombe le 1er quintème. Si nous faisions de tout quintème le mois de la Terre?

Ce matin, Google nous accueille avec un court message du Dr Jane Goodall, primatologue, éthologue et anthropologue britannique qui vient de fêter ses 84 printemps. Après nous avoir montré que chaque espèce, même la plus petite, participe à la grande tapisserie de la vie, elle invite chacun de nous à faire aujourd'hui quelque chose pour la Terre.

192 pays et plus d'un milliards de personnes

Le site officiel de la journée de la Terre (en anglais) rappelle que celle-ci est née le 22 avril 1970 (1 5m 1970) aux Etats-Unis. A l'époque, les gouvernants commençaient à prendre acte des conséquences néfastes du "smog" sur le développement infantile. Aujourd'hui, cette journée donne lieu à des actions civiques et politiques dans 192 pays. Le "réseau journée de la Terre" (Earth Day Network, EDN) revendique plus d'un milliards de personnes mobilisées. EDN n'est pas peu fier de mentionner le pape François parmi les soutiens de cette initiative.

Priorité à la lutte contre la pollution des plastiques

L'élimination des plastiques est le point de mire de la journée de la Terre 2018. Je suis particulièrement sensible à ce sujet depuis que Tara Expéditions a démontré l'étendue des dégâts du plastique sur l'ensemble des océans, même l'Arctique. Notre chaîne alimentaire est durablement polluée. Nous consommons désormais du plastique avec les poissons et les fruits de mer. Est-ce vraiment un progrès ? Je l'avoue, ce constat a été une des raisons de m'intéresser au cycle annuel de la calotte glaciaire arctique, que le calendrier milésien permet de mieux appréhender.

Que faire aujourd'hui ?

Bien sûr nous devons nous rappeler de modifier nos gestes quotidiens, comme refuser les emballages plastiques proposés par les commerçants, utiliser des sacs réutilisables. La goutte d'eau que je voudrais ajouter à cet océan est la promotion du calendrier milésien. Parce qu'il permet de mieux comprendre les cycles saisonniers, moteurs de la vie sur la Terre. Parce qu'il facilite l'enseignement et l'étude de ces cycles saisonniers. Parce que mieux comprendre permet de mieux agir. Il ne s'agit pas de forcer une réforme du calendrier, comme certains le croient à tort. Il s'agit d'utiliser un outil adapté pour certains usages. Les marins utilisent le mille marin plutôt que le kilomètre pour mesurer les distances, parce que cet usage est plus simple et plus efficace quand on utilise des cartes marines. Il s'agit de la même démarche, transposée à l'analyse des phénomènes saisonniers.

Quintème, mois de la Terre ?

Un hasard que je crois heureux a fait que le 22 avril, choisi il y a 48 ans pour célébrer le jour de la Terre, est le premier jour du cinquième mois "moyen" après le solstice d'hiver, 1er quintème du calendrier milésien. Quintème est le mois central du printemps. Je suis favorable à consacrer ce mois à tout ce qui peut aider l'homme à mieux soigner la Terre qui l'héberge et entretient la vie. Puisse chacun de vous y réfléchir aujourd'hui est tous les prochains jours, au mois jusqu'au 21 mai. Et mettre en pratique toute l'année ce que vous aurez trouvé de mieux.

Bonne mois de la Terre.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire