mercredi 21 décembre 2016

Bonne année 2017

Le solstice d'hiver boréal marque le début de l'année milésienne. Souhaitons-nous bonne santé, préparons-nous à voir enfin s'allonger les journées, et notons les chiffres-clé de l'année qui nous permettrons d'anticiper les jours de semaine, les fêtes et les lunes.

L'aiguille des mois est au plus haut sur le cadran milésien, parce que la durée des jours est la plus courte. Nous sommes le 1er unème, l'aiguille a sauté le 31 douzème car l'année 2016 n'a pas de jour intercalaire en milésien. A Paris, levé à 8h41, le soleil se couchera dès 16h56, soit 8h15 d'ensoleillement. Peu à peu, cette durée va augmenter. Quand l'aiguille des mois sera tout en bas, le 1er septème, la durée d'ensoleillement sera de 16h à Paris, pratiquement huit heures de plus qu'aujourd'hui ! Cela se fera progressivement, en suivant la règle des douzièmes que connaissent bien les marins. Pendant le mois d'unème, nous allons gagner environ un douzième de ces huit heures, soit 40 minutes. En secondème, mois central de l'hiver, deux douzièmes soit 80 minutes. En tertème, trois douzième soit deux heures, et la même chose en quartème. Imaginez-vous: début tertème (20 février) vous êtes emmitouflé dans votre doudoune, alors que le 1er quintème (22 avril), même si l'on vous dit qu'il ne faut pas se découvrir d'un fil, vous vous poserez la question de tomber le pull. Le rythme d'allongement des jours se calmera jusqu'à la fête de la Musique: encore 80 minutes de gagnées en quintème, et seulement 40 en sextème. Avec les mois réguliers et en phase du calendrier milésien, vous savez à tout moment la durée du jour, et même la vitesse à laquelle ils augmentent ou diminuent.

Notons pour commencer l'année quelques chiffres clés intéressants. 

D'abord le dies illa,  le jour de semaine clé que nos amis Anglais appellent doomsday. C'est mardi, jour n° 2, le jour qui termine l'année milésienne qui vient de se clore. Cela paraît anodin, mais cela permet de déterminer de nombreux jours, même dans notre bon vieux calendrier grégorien. Et d'abord, les week-end de mai. Il faut retenir quelques formules très simples qui nous donnent les jours pivots dans les mois, ces jours qui tombent justement le dies illa, mardi cette année. Pour les mois impairs, il apprenons des couples des chiffres qui diffèrent de quatre: 7/3, puis 9/5 et 5/9, puis 11/7 et 7/11. Bref, le 9 mai (9/5) est mardi, donc le 8 mai est lundi ainsi bien sûr que le 1er mai, week-end prolongé mais sans pont. Nous parlions du 11/7, c'est aussi un mardi, donc le 14 un vendredi, encore un week-end prolongé sans pont. En revanche, novembre a pour jour-pivot le 7 (7/11), un mardi aussi. Le 1er est donc mercredi, en plein milieu de la semaine. Et le 11 est le samedi, beaucoup de travailleurs ne gagneront pas un jour de repos de plus. Passons aux mois pairs, dont les jours pivots sont franchement plus simples: 4/4, 6/6, 8/8, 10/10 et 12/12. Le 6 juin est mardi donc le 13 et le 20 aussi, la fête de la musique sera mercredi. Le 8 août est mardi et le 15, jour de l'Assomption, aussi. Cette semaine promet de générer de l'activité plus touristique qu'autre chose. Le 12 décembre étant mardi, le 26 aussi, Noël sera lundi.

L'épacte milésienne ensuite. Elle vaut 21, ce qui correspond à l'âge de la lune le dernier jour de l'année qui vient de se finir. Le ciel du matin montre le dernier quartier de cette lune de fin d'année. A cette épacte, on associe le reliquat lunaire annuel, c'est tout simplement le nombre de jours avant la prochaine nouvelle lune, le complément à 29,5 de l'épacte, soit 8,5. De ce reliquat lunaire on déduit immédiatement la date probable du nouvel an chinois, qui est par définition la seconde nouvelle lune après le solstice d'hiver. Si on sait bien manier l'âge lunaire de référence de chaque date milésienne, on voit que cette seconde nouvelle lune doit être le 9 secondème, soit le 28 janvier. On peut aussi approximer la date de Pâques: Il faut soit ôter l'épacte, soit ajouter le reliquat annuel à 12,5. Cette année, nous ajoutons le reliquat annuel pour obtenir 21. La pleine lune pascale est 21 jours après le 30 tertème (21 mars). Ce 30 tertème tombe lui aussi le dies illa, mardi, et 21 jours plus tard c'est bien sûr aussi un mardi. Pâques est le dimanche suivant, 5 jours après mardi, donc 21+5 = 26 jours après le 30 tertème, donc le 26 quartème. Au fond, le plus dur c'est de devoir retraduire en grégorien, mais comme on connaît les règles de conversion par cœur, on sait que le 26 quartème est le 16 avril. Facile! Et comme on se souvient que le solstice d'été tombait pendant le Ramadan en 2016, on cherche la nouvelle lune de sextème, cinq mois après le début de l'année, le reliquat a diminué de 4,5, la nouvellle lune de sextème est le (8,5 - 4,5=) 4. Le Ramadan commence un à trois jours après, on ne le saura qu'après la nuit du doute. On voit au passage que la nouvelle lune est proche des débuts de mois (milésiens !) d'été. Si l'on connaît la relation entre les horaires de marée et les phases de lune, on peut déjà planifier ses journées au bord de la mer l'été prochain!

Voilà, c'est à peu près ce que je peux vous prédire pour 2017 dès ce début d'année. Je sais que des astrologues beaucoup plus talentueux vous diront qui va être élu ce prochain quintème, si vous allez enfin rencontrer l'âme soeur avec laquelle vous brûlerez de faire corps, ou si dame Fortune daignera s'intéresser à vous. Hélas, je ne sais prédire que ce qui va arriver. Et en plus je mets à disposition mes tuyaux pour que vous puissiez construire vous-mêmes ces prédictions!

Bonne fête de Noël, 
Bonne année 2017 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire