samedi 14 avril 2018

Année jubilaire: quoi de commun entre 1956 et 2018 ?

Il arrive parfois que certaines années soient très semblables à d'autres. L'année 2018 ressemble étonnamment à l'année 1956...


Comme en 1956, Pâques a eu lieu le 1er avril cette année (2018). Et en conséquence, toutes les fêtes mobiles de 2018 tombent comme en 1956, puisqu'elles dépendent toutes de Pâques. Autre conséquence, le jour de semaine d'une date tombe le même jour de semaine en 2018 et en 1956. C'est le cas le dimanche 1er avril, et donc toutes les dates de l'année, ou du moins toutes les dates depuis le 1er mars. Parce qu'il y a une petite différence entre les deux années: 1956 est bissextile, alors que 2018 ne l'est pas. Et le 1er janvier 1956 tombait un dimanche alors que le 1er janvier 2018, vous vous en souvenez, était un lundi. 

Notez que le critère du premier jour de l'année n'est finalement pas discriminant. Une analyse succincte des années 1956 et 2018, fondée sur le seul critère du 1er janvier, aurait conclu que ces années n'avaient rien en commun. Or, à par quelques petites différences - 1er janvier, Chandeleur, saint Valentin et mercredi des Cendres décalés d'un jour -, ces deux années sont au contraire très semblables: Pâques le premier avril, rappelant le sens initial du Poisson d'avril, le 1er et le 8 mai un mardi, l'Ascension le surlendemain du 8 mai, fête nationale un samedi, Assomption le mercredi 15 août, 1er novembre un jeudi, 11 novembre un dimanche, Noël enfin le mardi 25 décembre. Les adeptes des jours de chance auront noté une différence supplémentaire: 1956 avait un vendredi 13 de plus, celui de janvier, en plus d'avril et juillet.

J'appelle année jubilaire d'une personne celle où non seulement son anniversaire tombe le même jour de semaine que l'année de sa naissance, mais également Pâques, ce qui signifie que l'année lunaire progresse de la même manière. Cela arrive fréquemment au bout d'un peu plus de 60 ans pour beaucoup de personnes. C'est mon cas aujourd'hui. Merci de vos bons voeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire