jeudi 14 juillet 2016

Une seconde intercalaire

En raison d'irrégularités du mouvement terrestre et de son très lent ralentissement, les observatoires décident de temps en temps d'ajouter une seconde dite intercalaire à l'un des jours de l'année, ce sera le cas à la fin de l'année grégorienne 2016.


L'année grégorienne 2016, non contente de porter un jour intercalaire puisqu'elle est bissextile, portera aussi une seconde intercalaire, ajoutée à la dernière minute UTC du 31 décembre, comme l'explique le Point.fr.

L'ajout de cette seconde en toute fin d'année respecte le principe d'intercalation postfixe, mais malheureusement ce principe ne s'étend pas à l'intercalation solaire grégorienne, puisque le 29 février, jour intercalaire, est à l'intérieur de l'année et non à la fin. Nous expliquons à cette page l'intérêt de l'intercalation postfixe intégrale.

Si l'année grégorienne 2016 promet d'être une des plus longues que nous ayons jamais connues, il n'en est pas de même de l'année milésienne 2016. Le jour intercalaire est en effet le 31 douzème 2015, situé en fin d'année précédent l'année bissextile afin de respecter le principe d'intercalation postfixe intégrale. Quant à la seconde intercalaire, elle est ajoutée à la journée du 11 unème 2017, et non en 2016. Nous le répétons: le calendrier milésien est plus équilibré!

Rédigé le jeudi 23 septème 2016

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire