dimanche 11 octobre 2015

Le calendrier de la cité antique de Milet

Le calendrier milésien est-il celui qu'utilisait la cité antique de Milet ?




On pourrait nous reprocher d'avoir nommé une chose nouvelle avec un nom existant. Car il est vrai que la cité antique de Milet possédait son propre calendrier, comme toutes les cités du monde grec antique. Précisons cependant les choses. Tous les calendriers du monde antique grec étaient luni-solaires, c'est-à-dire que les mois étaient calés sur les lunaisons, et qu'un mois intercalaire était ajouté certaines années pour retrouver l'ordre des saisons. Les mois portaient le nom de divinités, par exemple Artemisiôn pour honorer Artémis, et tout ou partie des noms de mois pouvait différer d'une cité à l'autre. De plus chaque cité définissait le premier mois de l'année et les modalités d'ajout d'un mois supplémentaire. Le calendrier antique de Milet est d'ailleurs assez bien connu. Selon un tableau synoptique préparé par Denis Knoepfler (Knoepfler Denis. Le calendrier des Chalcidiens de Thrace. Essai de mise au point sur la liste et l'ordre des mois eubéens. In: Journal des savants, 1989, n° pp. 23-59.), il commençait au printemps (avril-mai) par le mois de Taureôn, et se terminait par Artemisiôn. Au fond, le calendrier milésien antique était fondé sur le même principe que celui des autres cités grecques. Il en différait de la même façon que chaque pays a ses propres fêtes et dénominations de mois. Aujourd'hui, le calendrier hébraïque est construit sur un schéma semblable, et le calcul de la date de Pâques se réfère à ces dispositifs.


Le calendrier milésien moderne décrit ici reste dans la continuité de la réforme fondamentale de Jules César, qui avait pour objectif de définir un calendrier synchronisé avec le cycle des saisons à moins d'un jour près. Nous l'avons appelé milésien en hommage au savant Thalès de Milet, universellement connu pour son fameux théorème, et aussi le premier, dit-on, à avoir énoncé clairement que l'année tropique durait 365 jours et un quart. Thalès connaissait probablement le calendrier "vague" de  l'Egypte antique, qui comprenait exactement 365 jours et dérivait assez rapidement.
La cité de Milet est aussi le berceau de l'école dite présocratique, qui notamment développe l'idée que la Nature suit des règles immuables plutôt que les caprices des dieux. Lors d'une de ses reconstructions, Hippodamos lui a donné un plan rationnel, fondé sur des avenues à angle droit: première manifestation de la notion d'urbanisme. Comment ne pas citer cette ville, précurseur de la philosophie de la nature et de l'aménagement de l'espace public ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire